Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La chute de l'esprit

Subversion idéologique inconsciente des peuples d’occident

18 Octobre 2014, 00:04am

Publié par Alexandre HArhash

Dans le désir de changement des peuples occidentaux, confrontés à une situation inédite (ne serait-ce que sur le plan profane et directement appréhendable de l’économie et de la situation sociale) rien ne laisse entrevoir l’émergence d’une conscience qui transcenderait les seules contingences de types idéologiques ou politiques. On constate partout le désir populaire d’une révolution, mais du type de celle que nous avons déjà connues jusqu’à maintenant : idéologique et politique. Celles d’un Crypto-marxisme mettant en avant, de manière diffuse, le concept de lutte des classes et les faux clivages sociétaux : Riche contre pauvre, élite contre peuple, gauche contre droite… Clivages relevant désormais de la seconde nature au sein du peuple, tant la « lutte des classes » s’est inscrite dans l’inconscient collectif occidental moderne. Les peuples sont esclaves de leur propre revendication, se rendant incapables de définir un champ perceptif autre que celui qu’impose la Dialectique idéologique de la Tour de Babel Moderne. Cette dialectique babélienne de la confusion des langues, et du mélange confus des peuples se réduisant en masse « citoyenne ».

Le peuple étant tout à fait composite, celui qui aspire au Réel, ne saurait s’identifier au mythe populaire moderne, définissant un Bon peuple, contre de méchantes élites. La ligne de clivage réelle au sein de l’humanité se situant à un niveau purement ontologique, et non dans celle idéologique de la « lutte des classes », qui elle relève des calques qui parodient le Réel. L’élite actuelle doit être entrevue comme le sommet et l’expression la plus extériorisée d’une réalité universelle. Cette réalité est celle de la forteresse égotique, Misr, qui se manifeste à toutes les échelles (comme toute chose dans le Réel) : Individuelle, collective, systémique, psychique, matérielles, subtile… Ainsi la subversion moderne des peuples, qui relève en réalité de l’illuminisme, n’est qu’une idolâtrie en tant qu’elle repose sur les aspects les plus extériorisées, d’une réalité bien plus vaste. Ne percevant le phénomène que dans sa périphérie et son extériorisation, les désirs subversifs du peuple ne sont qu’une illusion, un reflet déformé du réel, qui lui, est intégral, et non parcellaire. Se faisant la soumission à l’extériorité étant directement lié à la tension dualiste, cette subversion ne fait qu’alimenter, non pas l’élite en tant que seule composante sociétale (tel qu’une vision parcellaire et subversive la fait paraître), mais l’élite en tant qu’agente du processus involutif universel. Ce dernier aspect étant parfaitement « caché » des phénomènes subversifs de la masse populaire.

Tant que l’on reste ontologiquement sous la domination de Misr, on sert son projet égotique. La voie de libération étant tracée par la co-naissance du principe vitale, qui rétabli l’équilibre au sein de la tension dualiste initiale. Il n’y a pas d’autres voies de sorties possible, sortir de Misr c’est s’attacher de manière intégrale au principe vitale. C’est la ligne de césure qu’impose la Loi Universelle une fois le Cycle involutif arrivé à sa fin. La seule chose qui ferait refuser l’embrassement intégral du principe vitale, qui est aussi le Verbe, serait à nouveau l’égotisme, ce qui implique logiquement de demeurer en Misr (et dans son système global et sociétale, reflet de l’égotisme des individus qui la compose). L’individu entrant dans l’insurrection intégrale, et qui définit la lutte sur le plan ontologique, saura que le salut ne vient pas de la Masse populaire (qui relève de la tribulation initiale), mais de la Masse critique. Celle d’une minorité à même de générer un basculement de la situation et de la tension dualiste. Seulement à la suite de quoi les Tribulations ont une chance de sortir de leur tension dualiste.

Subversion idéologique inconsciente des peuples d’occident

Commenter cet article